Rezension über:

Marco Nievergelt / Stephanie A. Viereck Gibbs Kamath (eds.): The Pèlerinage Allegories of Guillaume de Deguileville. Tradition, Authority and Influence (= Gallica), Woodbridge / Rochester, NY: Boydell & Brewer 2013, XVI + 227 S., ISBN 978-1-84384-334-4, GBP 60,00
Inhaltsverzeichnis dieses Buches
Buch im KVK suchen

Rezension von:
Frédéric Duval
École nationale des Chartes, Paris
Redaktionelle Betreuung:
Ralf Lützelschwab
Empfohlene Zitierweise:
Frédéric Duval: Rezension von: Marco Nievergelt / Stephanie A. Viereck Gibbs Kamath (eds.): The Pèlerinage Allegories of Guillaume de Deguileville. Tradition, Authority and Influence, Woodbridge / Rochester, NY: Boydell & Brewer 2013, in: sehepunkte 15 (2015), Nr. 6 [15.06.2015], URL: http://www.sehepunkte.de
/2015/06/26136.html


Bitte geben Sie beim Zitieren dieser Rezension die exakte URL und das Datum Ihres Besuchs dieser Online-Adresse an.

Marco Nievergelt / Stephanie A. Viereck Gibbs Kamath (eds.): The Pèlerinage Allegories of Guillaume de Deguileville

Textgröße: A A A

Sont ici publiés les actes du colloque "The Allegories of Guillaume de Deguileville in Europe", organisé en 2011 à Lausanne. Le volume s'inscrit dans la redécouverte et la réappréciation vigoureuse de Guillaume de Digulleville (ou Deguileville, orthographe privilégiée par la tradition anglo-saxonne retenue par les éditeurs). Il désire explicitement prolonger le premier colloque consacré au moine de Chaalis en 2006 par Frédéric Duval et Fabienne Pomel en permettant à la communauté des "digullevilliens" de se retrouver et de s'étendre. La vitalité des études dévolues à Guillaume de Digulleville est démontrée par une bibliographie complète et très utile des travaux parus entre 2007 et 2013, annexée en fin d'ouvrage. Elle apparaît également dans d'autres publications récentes d'importance, comme le volume collectif publié en 2014 par Andreas Kablitz et Ursula Peters, "Mittelalterliche Literatur als Retextualisierung. Das Pèlerinage-Corpus des Guillaume de Deguileville im europäischen Mittelater" et les actes en cours d'impression chez Brepols d'un colloque portant sur le Pèlerinage de l'âme (Marie Bassano, Esther Dehoux et Catherine Vincent (éd.) : "Je ne sui prevost ne maire, gardian sui du pelerin". Regards croisés sur le "Pèlerinage de l'âme" de Guillaume de Digulleville (1355-1358)).

Le présent volume rassemble neuf communications auxquelles il faut ajouter la riche et très informée mise en perspective initiale de Marco Nievergelt et Stephanie A. Viereck Gibbs Kamath. Comme souvent, les auteurs se sont principalement intéressés au Pèlerinage de Vie humaine, un peu moins au Pèlerinage de l'âme, le Pèlerinage de Jhesucrist restant largement délaissé (à l'exception de l'article de Robert L. A. Clark et de Pamela Sheingorn consacré à l'illustration problématique d'une des allégories interpolant la vie du Christ). On notera que la seconde version du Pèlerinage de Vie humaine est de plus en plus sollicitée, et que son édition par Philippe Maupeu et Graham Robert Edwards, permettra dans les prochains mois de disposer enfin de la trilogie conçue par Guillaume de Digulleville.

Les contributions se répartissent en trois sections thématiques. La première, intitulée "Tradition", s'intéresse à la transmission des Pèlerinages et à la lecture qui en a été faite, au travers de la place accordée à l'auteur de la rédaction originale (Ursula Peters et Andreas Kablitz) ; au prisme d'une savante étude des marginalia (Géraldine Veysseyre) ; ou d'un cas de transposition iconographique (Robert L. A. Clark et Pamela Sheingorn). La seconde, nommée un peu curieusement "Authority", est un peu moins cohérente : elle rassemble une étude d'orientation structurale par Fabienne Pomel, consacrée à l'écrit, en particulier épistolaire, dans les Pèlerinages ; une interprétation du comportement du diable lors du procès de l'âme dans le Pèlerinage de l'âme à la lumière de la tradition littéraire et du défi herméneutique posé par l'allégorie (John Moreau) ; enfin une proposition séduisante de Graham Robert Edwards permettant de donner aux pièces latines de Digulleville la place qui leur convient dans un ensemble Pèlerinage de Vie humaine (2e version) et Pèlerinage de l'âme. La dernière section thématique évoque l'influence de Digulleville sur des auteurs ou lecteurs postérieurs, qu'il s'agisse de Philippe de Mézières (Sara V. Torres) ; de la version castillane du Pèlerinage de Vie humaine, qui fait ici l'objet d'une précieuse mise au point par Flor María Bango de la Campa ; ou bien du Piligrin, épopée composée au XVIe siècle par le croate Marco Vetranović.

L'originalité du volume est d'adopter une démarche ouverte, dans l'espace comme dans le temps, et ainsi de décloisonner largement les perspectives de recherche. Si le Pelegrino de la vida humana a déjà fait l'objet de plusieurs études, la contribution ici présentée, contribue à mieux faire connaître la réception espagnole du Pèlerinage de Vie humaine à un public non hispaniste. Il en va de même avec la réception croate, dont la documentation est peu accessible. De même, de vielles questions sont réexaminées à partir des acquis récents de la recherche digullevillienne : Ursula Peters et Andreas Kablitz cherchent ainsi à expliquer pourquoi les Pèlerinages ne se sont pas diffusés en Italie ; les influences respectives de la Commedia et des Pèlerinages sur les lettres croates de la Renaissance sont rééquilibrées au profit des derniers. Au titre des nouvelles perspectives qu'offre l'étude indispensable des manuscrits, l'article de Graham Robert Edwards rappelle l'importance de prendre en compte l'évolution des projets d'écriture de Guillaume de Digulleville : il n'est pas certain, en effet, que Guillaume ait eu l'intention de rédiger une trilogie au moment où il écrivait le Pèlerinage de l'âme. Il convient donc de se garder du piège herméneutique d'une vision rétrospective qui rendrait davantage compte des aléas de la tradition textuelle et éditoriale que de la volonté, toujours mouvante, de l'auteur.

Les éditeurs scientifiques du volume ont accompli un travail exemplaire : ce volume collectif correspond à un projet scientifique précis et cohérent, présenté fermement dans une introduction qui dresse un panorama très renseigné des problématiques abordées dans le volume et qui évite de juxtaposer les résumés des articles à venir. Les contributions ont été relues attentivement tant sur le fond que sur la forme et l'on perçoit que les échanges entre les auteurs se sont poursuivis après le colloque. Les informations les plus diverses sont aisément accessibles grâce à un index à la nomenclature extensive, qui recense aussi bien la liste des manuscrits cités que les noms propres ou les entrées thématiques.

Ce travail soigné aboutit à un ouvrage de consultation indispensable à toute personne intéressée par la production littéraire de Guillaume de Digulleville. Les neuf communications réunies offrent un beau panorama d'approches méthodologiquement diverses mais complémentaires pour aborder les Pèlerinages. Elles témoignent, une fois de plus, de la multiplicité des facettes d'une oeuvre dont l'influence et l'autorité ont très longtemps été sous-estimées. L'un des plus grands mérites du volume est de nous conduire à repousser les bornes géographiques et temporelles de l'enquête.

Frédéric Duval