Rezension über:

Rex Winsbury: Zenobia of Palmyra. History, Myth and the Neo-Classical Imagination, London: Duckworth Publishers 2010, 198 S., ISBN 978-0-7156-3853-8, GBP 16,99
Inhaltsverzeichnis dieses Buches
Buch im KVK suchen

Rezension von:
Jean-Baptiste Yon
Maison de l'Orient et de la Méditerranée - Jean Pouilloux, Lyon
Redaktionelle Betreuung:
Matthias Haake
Empfohlene Zitierweise:
Jean-Baptiste Yon: Rezension von: Rex Winsbury: Zenobia of Palmyra. History, Myth and the Neo-Classical Imagination, London: Duckworth Publishers 2010, in: sehepunkte 12 (2012), Nr. 10 [15.10.2012], URL: http://www.sehepunkte.de
/2012/10/19948.html


Bitte geben Sie beim Zitieren dieser Rezension die exakte URL und das Datum Ihres Besuchs dieser Online-Adresse an.

Rex Winsbury: Zenobia of Palmyra

Textgröße: A A A

Le mythe de Zénobie, éphémère reine de Palmyre, et prétendante à la souveraineté sur l'Orient romain (c'est un point débattu) a excité l'imagination des écrivains et des historiens depuis sa défaite contre l'empereur Aurélien en 272 de notre ère. Le but du livre est donc d'éclairer sur la personnalité de Zénobie, en la dégageant de sa gangue de légende. Un autre des buts de l'ouvrage et de garder en point de mire - lointain - sa popularité relative dans "l'imagination néo-classique". Pour cela est invoquée la statue de Zénobie (datée de 1857) par l'artiste américaine Harriet Hosmer (1830-1908), à la Palmyrénienne est représentée enchaînée. Sont ensuite traités dans l'ordre chronologique les principales étapes de l'histoire de Palmyre jusqu'en 272, en passant par la montée de la ville et le rôle d'Odainath, son mari. L'auteur termine par les dernières années de Zénobie, avant, dans un chapitre final "Re-assessing Zenobia, 'a celebrated female sovereign'" (145-160), de réhabiliter la figure de la reine, qui ne fut ni une faible femme, ni une victime, ni non plus un modèle de l'idéal féminin.

Par certains côtés pourtant, on trouvera ici autant un portrait d'Odainath, son mari, puis d'Aurélien, son meilleur ennemi, que de Zénobie elle-même. Ce souci de contextualiser son héroïne est tout à fait justifié et on sera en général assez d'accord avec les conclusions générales et la prudence de l'auteur. Selon lui, l'aventure de Zénobie est surtout un mouvement de sécession opportuniste. On sait en effet depuis longtemps qu'elle n'était pas la "rebel warrior queen" voulue par certains.

L'ensemble se lit facilement, malgré le choix contestable d'un vocabulaire parfois jargonnant, si j'ose dire, jusqu'au ressassement ("Assessing Aurelian", "Re-assessing Zenobia"), ou bien plus "moderne" ("still less was Zenobia the picture-postcard chocolate-box glamour puss of neo-classical paintings" [151], "In the event, Aurelian wouldn't play ball" [158]), et enfin des choix iconographiques illustrant le texte par des photos contemporaines du site archéologique de Palmyre et de ses panneaux indicateurs (souvent sans rapport autre que secondaire avec le sujet traité). Cela est évidemment plus facile pour la mise en page.

L'auteur est bien informé, avec des références généralement à jour, même si évidemment on aurait pu attendre que des auteurs non anglophones apparaissent en plus grand nombre. [1] Toutefois, E. Equini Schneider: Septimia Zenobia Sebaste [1993], et U. Hartmann: Das palmyrenische Teilreich [2001], qui sont les deux ouvrages qui font autorité sur la question, sont bien cités, bien qu'on eut peut-être pu attendre qu'il en soit fait plus usage.

Le principal problème est bien que les sources sont contradictoires, et qu'on ne peut toujours choisir entre des témoignages irréconciliables. Il y a forcément un parti-pris de l'auteur dans le traitement de son sujet. Il semble souvent partir d'un présupposé (juste ou faux, cela est un autre problème), ou de la thèse qu'il cherche à démontrer. À cela s'ajoute une certaine négligence des sources arabes et juives. Celles-ci sont certes difficiles à utiliser, mais c'est aussi le cas de l'Histoire Auguste dont l'auteur fait grand cas. Son discours à ce sujet est d'ailleurs parfois contradictoire, prenant très généralement en compte dans le détail le récit de l'HA, tout en commençant par dire que les éléments qui en proviennent sont souvent douteux.

Ainsi, après la défaite devant Aurélien, nous sont présentées les versions diverses des auteurs anciens sur le sort de Zénobie. L'auteur convient (quoique "the weight of evidence" appliqué à l'Histoire Auguste - entre autres - peut sembler légèrement optimiste) que la captive finit sa vie à Tivoli. [2]

De mon point de vue et d'une manière plus générale, il aurait peut-être fallu marquer plus nettement l'ancrage de Zénobie (et de son mari Odainath) dans une société de Palmyre marquée par le rôle de grandes familles, dont Odainath serait l'émanation. Cet aspect quasi-dynastique explique peut-être la place occupée par Zénobie; dans d'autres sociétés qui nous semblent "patriarcales", en tout cas dominée par les hommes, comme en Inde, ou au Pakistan, la période récente a vu d'une manière similaire le gouvernement exercé par des femmes (B. Butto, ou I. Gandhi) qui était justement les héritières de grandes familles de pouvoir. Cette prééminence familiale donne sans doute l'explication de certains faits dont l'auteur rend compte d'une manière qui me semble légèrement inappropriée. Ainsi, dans l'appendice A sur les titres d'Odainath, il suppose que certains d'entre eux, comme celui de consul (recouvrant sans doute l'obtention des ornamenta consularia), sont une marque de "prestige rather than power" (162). On voit mal sur quoi s'appuyait ce prestige si ce n'est sur un pouvoir réel à Palmyre et autour. La suite montre que ce pouvoir s'exerçait largement en Syrie et en Mésopotamie (voir d'ailleurs, p. 166: "in his day he gained and wielded considerable power in the Roman East").

Plus loin, l'auteur doute à juste titre que l'adoption du titre de roi des rois prouve réellement qu'Odainath ait jamais eu l'ambition d'occuper le trône sassanide. Si cela est vrai, il faut néanmoins reconnaître qu'il a sans doute eu au moins le pouvoir de causer des ennuis à Sapor et d'être un sérieux challenger, au moins en Mésopotamie. Les expéditions jusqu'à Ctésiphon (une, sinon deux) le prouvent. Elles semblent d'ailleurs également mentionnées dans les sources juives (voir récemment M. Gawlikowski, MUSJ 60 [2007], 302).

Malgré des interprétations parfois discutables, bien qu'elles soient toujours assez solidement argumentées, l'ouvrage est plutôt agréable à lire, mais, comme le conclut l'auteur, on est à chaque fois tenté de reprendre les sources et de conclure par soi-même, ce qui est déjà un résultat appréciable. Le principal regret en fait est qu'on est frustré de l'étude sur l'imagination néo-classique promise dans le titre et sur la place qu'y aurait occupée Zénobie (le sujet occupe les p. 145-151, dont deux photos en pleine page). On conviendra qu'il s'agit peut-être d'une conséquence du fait que la place qu'y occupe Zénobie est très minime.


Notes:

[1] Les références ne sont pas toujours au point, ainsi p. 184, n. 32, à la référence à l'article de R. Turcan sur le culte solaire est à la collection ANRW, non à la revue ZPE. De même, dans la bibliographie finale, l'article de M. Sartre, "Palmyre cité grecque" (Annales archéologiques arabes syriennes 42 [1996]) devient "Palmyra Greek City". Il y a çà et là quelques autres erreurs de ce type, qui portent peu à conséquence.

[2] Incidemment, on signalera à ce propos qu'une inscription de Rome du IVe siècle donne peut-être le nom d'une descendante si ce n'est de la reine, au moins de sa famille: L. Septimia Patabiniana Balbilla Tyria Nepotilla Odaenathiana (CIL VI, 1516).

Jean-Baptiste Yon